Publiée au début du mois de novembre, l’étude Fiducial sur les TPE françaises et les nouvelles technologies dresse un constat simple : si les dirigeants des petites entreprises sont personnellement connectés au web, il n’en est rien (ou presque) pour leur société. Principalement utilisé dans les domaines administratifs, de gestion et de relations avec les fournisseurs, le web en tant que canal de vente ou de relation avec les clients reste minoritaire.

Si de nombreux entrepreneurs voient l’intérêt d’Internet dans leurs activités quotidiennes, beaucoup estiment ne pas posséder les clés suffisantes pour se lancer sur la toile. Pourtant, Internet offre de réelles opportunités aux TPEqui travaillent pour l’essentiel dans un rayon proche de leur siège social, mais qui ont la possibilité de toucher un plus large public.

Frustred-writer

Des patrons connectés, mais des entreprises à la traine

Premier constat, l’étude de Fiducial, menée auprès de plus de 1000 dirigeants de société de 0 à 19 salariés, souligne que 84 % des patrons sont connectés à Internet et que 78 % pensent être bien informés sur le sujet des nouvelles technologies. Mais 58 % des entreprises sondées ne sont pas présentes sur Internet

Lorsqu’elles le sont, c’est notamment grâce à leur site vitrine (26 %), à une inscription sur un site de petites annonces ou une plateforme web (14 %) et plus rarement à une boutique en ligne (11 %). Le recours aux réseaux sociaux, aux blogs et aux forums reste marginal et concerne seulement 8 % de l’échantillon.

Si le numérique est jugé « important pour les activités professionnelles » par 66 % des sondés, les profils des TPE ayant succombé aux sirènes du web sont très différents. Fiducial a identifié cinq grands comportementsface au Nouvelles Technologies et Internet :

  • Les « pionniers » (32 %) ont largement intégré le numérique dans leur entreprise,
  • Les « suiveurs » (25%) sont des dirigeants convaincus qui intègrent le numérique petit à petit dans leur société,
  • Les « à aider » (9 %) comprennent l’importance d’Internet, mais sont en manque d’information et estiment avoir besoin d’aide,
  • Les « à convaincre » (21%) ne sont pas persuadés de l’intérêt d’Internet dans leurs activités quotidiennes,
  • Et enfin, les « technophobes » (13 %).
Profil des TPE sur Internet

Source : institut-think.com

D’une manière générale, plus la taille de l’entreprise est importante, plus celle-ci est connectée. Si on devait dresser un portrait de La TPE «branchée», ce serait une société dont la moyenne d’âge est de moins de 35 ans, qui exerce une profession libérale en région parisienne.

Les outils numériques sont particulièrement plébiscités par les dirigeants pour leur gestion quotidienne, leur veille économique et leurs relations avec les fournisseurs. La relation client sur Internet est prioritaire ou indispensable pour moins d’un entrepreneur sur deux. Plus étonnant, seuls 40 % des sondés jugent qu’être présent sur Internet est plutôt voire très important pour leur entreprise.

Être sur Internet : oui, mais pour quoi faire ?

Si vous répondez positivement à la question suivante : « mes clients et prospects sont-ils susceptibles d’aller sur Internet pour se renseigner sur moi et mes produits ? », alors être présent sur Internet est indispensable. Pourquoi ? Pour être visible, identifier de nouvelles opportunités de développement ou encore gagner en notoriété.

Sans site web, impossible d’être référencé dans les moteurs et, in fine, d’apparaitre dans les résultats des requêtes entrées par les internautes. Que vous ayez pour ambition d’ouvrir une boutique en ligne ou simplement de présenter votre savoir-faire et vos réalisations, un site web permet d’informer votre public pour les aiguiller dans leurs choix.

Par ailleurs, le web n’a pas de frontière et vous permettra d’étendre votre visibilité au-delà de votre zone de chalandise proche.

Au-delà des frontières géographiques, le web n’évolue pas en vase clos et communique sans cesse avec la « vraie vie ». Dans la vente, on appelle ce phénomène ROPO, pour Research Online, Purchase Offline, ou le fait de se renseigner en ligne pour, in fine, acheter en magasin.

Si cela vaut pour les biens de consommation courante, le web a un impact tout aussi important sur les activités de services : du garagiste à l’hôtellerie-restauration, les internautes recherchent de plus en plus d’informations sur leurs futurs prestataires pour confirmer (ou pas) leur choix initial.

Porte-entree-magasin

Et c’est pas fini !

S’il y a quelques années, les sites vitrine réalisés en deux clics sur « Voilà.fr » pouvaient suffire à assurer une once de présence sur le web, ce n’est plus le cas maintenant. Pour être crédible, optez pour un site personnalisé qui corresponde à votre activité pour la mettre en valeur.

Que vous souhaitiez un site marchand ou une vitrine en ligne, le but est d’informer, de donner confiance et d’apparaitre dans les résultats des moteurs de recherche. Si un site « tout prêt tout fait » où vous n’avez plus qu’à choisir les couleurs et indiquer votre numéro de téléphone est tentant, il ne sera pas aussi efficace en matière de référencement, de communication, d’image et de message : votre entreprise et ses produits sont uniques, votre site web doit l’être également.

Votre site web est le point de départ de votre communication web. Porte d’entrée pour de nombreux internautes, votre site peut être couplé à d’autres espaces en ligne (au hasard, les réseaux sociaux). Communiquer sur Internet demande cependant d’avoir pensé aux objectifs à réaliser et de mettre en oeuvre des stratégies pour les atteindre. Qu’on se le dise : le web est aujourd’hui incontournable pour exister, mais il n’est pas encore trop tard pour prendre le train en marche…