Dans l’épisode précédent, j’ai tenté d’equisser les grandes lignes de ce qu’est le SMO. Pour reprendre en deux mots ce que j’écrivai la semaine dernière :
SMO = Social Media Optimization = « Référencement social ».

Dans ce billet, j’expliquai quelles étaient les quatre étapes essentielles pour utiliser tout le potentiel des réseaux sociaux, à savoir :

  • Choisir le bon pseudo/nom d’utilisateur ;
  • Étoffer le descriptif de votre compte ;
  • Diffuser et écrire régulièrement du contenu pertinent, « chez vous » et à l’extérieur ;
  • Utiliser les réseaux sociaux pour échanger, partager, contribuer.

D’accord, la théorie, c’est bien joli, mais comment fait-on concrètement ? Voici quelques exemples pratiques sur trois des réseaux sociaux les plus utilisés pour améliorer votre référencement sur les moteurs de recherche.

Optimisez votre compte Twitter

Lorsque vous créez un compte sur Twitter, pensez à choisir un nom d’utilisateur simple et représentatif de votre entreprise et/ou de votre activité. J’en parlais la semaine dernière, choisir le nom @lulu35 ne parlera pas à grand monde, ni aux moteurs d’ailleurs.

Le but : que les internautes puissent vous identifier rapidement, et que les moteurs de recherche fassent plus facilement le lien entre vos différents réseaux sociaux, votre site web, etc. A moins, bien sûr, que vous ne souhaitiez pas être repéré, mais dans le cas du SMO…

Le deuxième étape consiste à personnaliser votre profil :

Twitter LunaWeb

La page ci-dessus s’affiche lorsque vous cliquez sur « Préférences » puis « Profil ».

Pour personnaliser votre compte, vous pouvez ajouter un logo, choisir un nom plus explicite pour votre compte, préciser l’endroit où vous vous trouvez, ajouter un lien vers votre site web et écrire quelques lignes à votre sujet.

Toutes ces infos complémentaires sont importantes (notamment le nom et la bio) car elles permettent aux internautes ET aux moteurs de mieux vous identifier.
Cerise sur le gâteau, vous pourrez ajouter une image d’arrière plan personnalisée (dans « Préférences » puis « Thèmes »), comme nous l’avons fait pour le compte de LunaWeb.

Autre point important pour booster votre SMO : publier des tweets. Car miser sur le contenu (et le bon) est toujours une stratégie payante en termes de référencement.
On pourrait d’ailleurs définir en trois mots la notion de « bon » contenu :  pertinence, cohérence, fréquence.

Et puis, les moteurs de recherche, notamment Google, se basent aussi sur l’Autorité de l’auteur, qu’ils évaluent à partir du nombre de followers et de « followés », ou encore de la régularité dans la diffusion de contenus. Ou en d’autres mots… avoir un compte Twitter vivant !

Personnalisez votre profil LinkedIn

Le principe est le même que pour Twitter, et reprend les quatre « piliers » évoqués en introduction. Vous pouvez notamment :

  • personnaliser l’url de votre compte,
  • changer le texte qui apparait sur vos liens (plutôt que « Company Website », vous pouvez par exemple ajouter « Voir le site de… »)
  • utiliser les mots clés et les tags dans votre description,
  • ajouter des applications pour rendre votre profil plus actif (partager automatiquement vos tweets, vos présentations sur Slideshare, etc.)

Pour savoir comment faire, vous pouvez jeter un œil (trois ou quatre minutes, pas plus) sur cette vidéo :

Vous pouvez aussi créer une page dédiée à votre entreprise, qui vous permettra notamment de rédiger un petit descriptif sur votre établissement et ses produits/services, d’ajouter vos coordonnées pour afficher une carte Google Maps, ou encore de relayer différents flux d’information (twitter, RSS, vidéos, etc.)

Si vous souhaitez créer une page entreprise, vous pourrez consulter l’aide mise à disposition par LinkedIn.

Et puis, vous pouvez à la fois « rapatrier » presque tous vos contenus (au travers des applications ajoutées sur votre profil et des flux sur votre Page), et participer à des groupes de discussions sur les thématiques qui vous intéressent. C’est aussi ça discuter « chez soi » et à l’extérieur.

Peaufinez votre Page Facebook

Même si vous débutez sur Facebook, vous pouvez compléter au maximum les informations générales de votre Page :

  • Choisir la catégorie de votre organisme (entreprise, blog, commerce local…) et votre secteur d’activité ;
  • Ajouter vos coordonnées ;
  • Vous décrire en quelques mots dans la partie « A propos de« , qui est très importante car elle apparait sur l’accueil de votre Page. Choisissez vos mots avec précaution, et misez davantage sur ceux qui vont intéressent en termes de SEO ;
  • Décrire plus précisément votre entreprise, ses activités, ses missions…
  • Et bien sûr ajouter votre logo.

Lorsque vous aurez atteint 25 fans sur votre Page, vous pourrez personnaliser son url en cliquant sur ce lien.

Si vous êtes plus aguerri et que vous n’avez pas peur de vous lancer dans les fonctionnalités avancées de votre Page, vous pouvez aussi créer des onglets sur mesure à partir d’Iframes.
En bref, les Iframes permettent d’ajouter tous types de contenus dans vos pages et de personnaliser l’icône de chaque onglet.
Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à faire un tour sur 10 étapes pour intégrer une Iframe App plutôt qu’un onglet FBML sur sa Page Facebook.

Et comme comme sur Twitter ou sur LinkedIn, vous pouvez ajouter vos flux d’infos (tweets, RSS) en plus des contenus que vous publierez sur votre Page. D’ailleurs, si vous avez déjà le réflexe d’ajouter quelques mots pour expliciter vos images ou vos vidéos sur votre site web, gardez cette bonne habitude sur Facebook ! Les principes de base de référencement étant plus ou moins les mêmes dans toute la webosphère.

Pour conclure sur ces deux épisodes

Un petit mot sur Wikipédia d’abord, dont je n’ai pas encore parlé. J’ai souvent entendu que créer un article sur son entreprise dans Wikipédia était très bon en termes de référencement. Chez LunaWeb, nous avons tenté le coup, en respectant tout bien comme il faut les prérequis de l’encyclopédie en ligne (ne pas publier de contenus promotionnels notamment)… en vain !
J’en ai donc conclu qu’il fallait être au minimum une grosse PME pour voir son article accepté par les modérateurs. Ceci dit, on ne s’avoue pas vaincus, on retentera le coup… et on vous tiendra au courant !

Pour finir sur ce sujet du SMO, quels que soient les outils et services en ligne utilisés, les quatre piliers décrits en introduction et dans notre dernier billet restent les mêmes. Bien entendu, il y a ensuite des spécificités techniques et des fonctionnalités propres à chaque outil, mais globalement si vous pensez à ces quatre étapes, vous vous assurez un bon positionnement… qui prend du temps !

Enfin, développer (intelligemment) sa présence sur le web a de nombreux avantages : cette stratégie permet de construire une identité et une visibilité numérique (crédibilité, confiance, expertise) et par conséquent d’optimiser le SEO et le SMO. C’est un peu comme l’accessibilité web : avoir ce type de démarche a forcément des répercussion positives sur d’autres aspects, comme le référencement, même si les objectifs de départ ne sont pas les mêmes… et la boucle est bouclée !