Dans la grande famille du web, les sites monopage ont su prendre la place du petit dernier qui s’autorise des fantaisies que ses ainés se refusent mais ne parvient pas toujours à trouver l’équilibre entre séduire sur la forme et convaincre à l’usage.

Entre bonnes et mauvaises pratiques, un site one-page donne le meilleur de lui-même au sein de projets qui correspondent à son ADN. En d’autres mots, on attend de ce type de site, comme des autres d’ailleurs, qu’il réponde à des objectifs bien calés au sein d’une stratégie globale, au delà des modes et tendances du web design.

L'expérience utilisateur autour d'un burger

Charmant votre site monopage

Pour se faire connaître et se faire aimer, le site monopage dispose de plusieurs cordes à son arc. Couplé à un design adaptatif, ce dispositif web particulier joue les bons camarades des usages mobiles. La navigation sur une seule page, grâce au scrolling, se prête en effet aux conditions d’utilisation les moins confortables : petits écrans, absence de clavier, connexion intermittente (voulue ou non)…

Parce qu’il est facile d’accès et ne nécessite qu’un seul chargement, le contenu d’un site monopage est attractif. Les professionnels pourront laisser libre cours à la créativité, notamment pour imaginer le type de navigation (horizontale, verticale). Le site monopage est également propice à l’utilisation de l’effet parallaxe : plusieurs couches de contenu se chevauchent et se déplacent différemment en fonction du scroll de l’utilisateur ou de la position de sa souris.

Un site monopage favorise les contenus visuels pour raconter son histoire : l’architecture de l’information y est spécifique et les contenus triés sur le volet. Un peu à la manière d’une infographie qui propose une vision synthétique et illustrée d’un sujet et ce faisant, crée une valeur ajoutée pour l’utilisateur.

À l’image du site mono-page de la marque PAYOT à destination de ses clientes, il raconte l’histoire de la marque et les bénéfices bien être et beauté des produits.

La marque Payot avec l'Agence LunaWeb

Aussi en exemple, une de nos opérations de communication, Eat Me Drink Me, où l’on conte en une seule page verticale notre approche et notre passion pour le Design UX dans la conception de nos projets.

eatmedrinkme-lunaweb-blog

De la mesure en toutes choses

Mais chaque médaille a son revers et ce qui fait la force du site monopage dessine aussi les contours de ses faiblesses. Si le scroll permet une navigation intuitive et une bonne interaction entre le dispositif web et son utilisateur, il ne s’agit pas non plus de proposer un scrolling sans fin sous peine de finir… par toucher le fond.

Techniquement, bien doser la quantité d’information pour bien doser le temps de chargement est incontournable. L’utilisateur n’a qu’une tolérance modérée à la perte d’un temps qui lui est précieux. Comme dans la file d’attente aux caisses d’une boutique, l’observateur peut constater plusieurs schémas de comportement : l’utilisateur qui travaille en temps masqué et consulte son smartphone pour patienter, celui qui râle et qui se plaindra auprès de son entourage et du service client de son attente ou encore celui qui déposera les trois chemises qu’ils convoitaient et passera la porte pour revenir un autre jour. Ou pas…

Dans tous les cas, l’expérience sera au mieux « passable » et ce temps de chargement est aussi pris en compte par les moteurs de recherche (le SEO n’est pas un des points forts du site one-page). En d’autres mots un site qui se charge trop lentement ne réussira à convaincre personne aussi étonnamment beau soit-il.

En définitive, le site monopage est aussi bien indiqué pour certains projets (lancement d’une collection capsule, ouverture d’une boutique éphémère, partenariat avec un événement sportif…) que très peu seyant pour d’autres (un site e-commerce aux 540 fiches produits par exemple). On revient toujours à la même rengaine : un objectif bien défini permet de mobiliser les bons outils pour véhiculer le bon message.

Comme disait Vauban, « sur le terrain comme sur le web, bâtir de solides fondations est primordial » !