Fin d’année oblige, de nombreux professionnels s’emparent de leur plume bloguèsque pour faire le point sur ce qu’a été le web en 2011 et sur ce qu’il sera en 2012.

Deux billets, ou plus précisément deux recueils de points de vue, m’ont tout particulièrement intéressés cette semaine, à savoir What I Learned About the Web in 2011 du très bon A List Apart et Les douze tendances de consommation incontournables pour 2012 de Trendwatching.

La combinaison des deux est plutôt intéressante car le premier est plutôt orienté webdesigner / pros du web, alors que le second se concentre davantage sur les consommateurs. L’un n’allant pas sans l’autre, je vous propose, ladies and gentlemen, de vous en extraire quelques morceaux choisis.

Des webdesigners enthousiastes…

Sur A List Apart, les professionnels du web l’affirment : le web ne doit plus être considéré comme une plateforme, mais comme un service aux internautes, aux formes multiples. Un designer ajoute :

Wired Magazine called it the “death” of the web. I call it an evolution.

Pour d’autres, la clé réside dans l’adaptabilité des interfaces web : dans la même mouvance que les usages du web social, le web et ses interfaces doivent s’adapter aux utilisateurs, plutôt que l’inverse.
En 2011, le webdesign a pris son envol. Souvent oublié et considéré comme superflu, il est aujourd’hui de plus en plus intégré dans la réflexion en amont :

Most websites and apps launching today all are beautifully designed with care. People realize design isn’t just something you slap on your product right before it ships, but is something you take into account from day one.

On pourrait d’ailleurs constater que ce problème se déplace en partie sur les interfaces mobiles, qui sont aujourd’hui le cheval de bataille des webdesigners :

Mobile apps and websites have to be more than lite version of their desktop counterparts; they should have the conceptually same content and features as other platforms. Our job isn’t to remove complexity but to make complex information accessible—a challenge for the small screen, but an important one.

Je n’oublie pas bien sûr le responsive webdesign, qui est aujourd’hui l’une des composantes essentielles du webdesign, même si elle reste perfectible :

Unlike many design trends, (…) responsive design has an immediate positive impact on users. This really sets it apart as something more than a simple trend or technique. It’s now a fundamental tenet of web design.

… et des consommateurs chouchoutés

Parmi la dizaine de tendances évoquées par Trendwatching, une bonne partie touche à la mobilité et ses usages. J’en ai retenu trois, que nous avions déjà évoqué (au moins un peu) sur ce blog.

La première est « la culture de l’écran » : les écrans, déjà bien présents dans notre vie, vont nous suivre partout. Ceux des ordinateurs au travail, celui du smartphone entre deux trains, et celui des tablettes pendant nos temps « off » et de de loisirs.
Les écrans, quelle que soit leur taille, ne sont plus réservés aux geeks ou aux férus de technologie : l’offre de produits mobiles est de plus en plus variée et les prix de plus en plus accessibles. Et c’est sans compter sur le développement du web social (qu’on souhaite échanger des infos ou acheter des produits) ou de technologies comme le cloud computing, qui permet d’utiliser des applications sur n’importe quel ordinateur ou écran tactile. D’ailleurs, d’après Les Echos du jour : Près d’un tiers des internautes sont désormais « nomades ».

La deuxième tendance est le paiement sans contact, c’est-à-dire sans monnaie sonnante et trébuchante. Fini les poches pleines de pièces jaunes !
J’en avais parlé sur ce blog il ya peu : les banques et les différents acteurs du paiement en ligne comme Paypal s’intéressent de très près à la technologie NFC (Near Field Communication), qui permet de payer dans les magasins ou dans les transports en commun par exemple, tout simplement en passant son mobile à proximité d’un terminal. Il faudra quand même entrer un code (ou le compte bancaire risque de faire la tronche) et le tour est joué !

La troisième tendance est celle de l’accès instantané à des informations et à des connaissances, grâce à son smartphone. Trendwatching site l’exemple de Google Goggles, une application de reconnaissance d’images qui permet aux utilisateurs d’accéder à des infos complémentaires sur l’objet ou l’image devant eux. Si je me trouve face à une peinture de Frida Kahlo, et que je souhaite en savoir plus à ce sujet, il me suffit de la prendre en photo via cette application qui affichera ensuite des tas d’infos et des résultats complémentaires dans le moteur de recherche.

D’autres applications, comme celle d’Amazon, permettent de comparer les prix des produits vus en magasin à ceux du site marchand, en scannant tout simplement le code barre du produit. Je pense que vous avez aussi testé Shazam, application qui en a époustouflé plus d’un : vous n’arrivez pas à reconnaître le titre ou le chanteur de la mélodie qui passe à la radio ? Pas de problème, il suffit d’approcher votre iPhone près du haut parleur !

Loin de devenir des feignasses incultes et impatientes, ces innovations mobiles nous permettront d’en savoir toujours plus sur l’environnement qui nous entoure et d’interagir avec lui. D’ailleurs, une des dernières initiatives en date a été lancée par La Poste, qui combine à la fois l’utilisation du QR code, de la puce NFC et de la géolocation pour donner des informations pratiques aux personnes qui souhaitent poster une lettre (bureau le plus proche, levée du courrier, code postal, offres promotionnelles de commerces aux alentours, etc.)

En bref, beaucoup d’applications restent possibles… en route pour 2012 !