Bien réussir son référencement naturel, c’est un peu le graal de tous les détenteurs de site web : on aimerait tous apparaitre en tête des moteurs de recherche, sans investir des fortunes dans des prestations d’achat de clics, et de manière durable.

Le référencement naturel permet d’optimiser la visibilité d’un site web, presque gratuitement tant que vous restez au B.A-ba de l’optimisation.

Quand on parle de référencement, on parle aussi du SEO (search engine optimization) qui regroupe toutes les techniques d’amélioration du positionnement sur les moteurs de recherche, et du SEM (search engine marketing) qui se consacre aux techniques payantes (achats de mots clés, liens sponsorisés, liens commerciaux).

Nous vous proposons aujourd’hui non pas un, ni deux, mais quatre bons conseils pour optimiser votre référencement naturel, en toute simplicité. Et gratosse en plus !

« Aller plus hauut, allez plus hauuuuuuut »

Sortez votre plus belle plume !

Tout est dans le contenu, la qualité d’un site c’est avant toute chose sa pertinence éditoriale. C’est l’une des techniques les plus connues, et sûrement l’une des plus utilisées : créer un blog et parler de son secteur activité, de son métier et de ses tendances ; voire de son entreprise, participe à un meilleur Pagerank sur votre moteur de recherche préféré (c’est précisément le cas du blog de LunaWeb).
Petite précision de blonde : avoir un blog sur le macramé n’aura aucune incidence sur le référencement du site de votre entreprise si vous êtes fleuriste ! Les sujets développés doivent être pertinents et en relation avec votre activité.

Mais même si cette stratégie parait de prime abord très intéressante financièrement (on peut créer et animer un blog gratuitement), celle-ci nécessite un investissement en temps très important. Car pour que vos billets vous propulsent en première place des résultats de recherche, il faut publier régulièrement des contenus pertinents ET optimisés pour le référencement. Il faut donc prendre le temps de se documenter, d’écrire et puis tout simplement de rendre attractif votre message !

A ce sujet, nous vous invitons à lire les deux billets que nous avons publié sur le blog d’entreprise (voir ici l’épisode 1 et l’épisode 2).

Choisir son « adresse web » avec précaution

Nous en avons rapidement parlé à l’occasion du dernier billet sur le HTML5, les « adresses web » regroupent le nom de domaine et le nom des pages web. En bref, il s’agit du texte qui apparait dans la barre d’adresse de votre navigateur (dans l’url et dans le haut de la fenêtre).

referencement_SEOBien choisir, ça veut dire quoi ? Cela signifie de choisir un nom de domaine qui définisse précisément votre activité, ou les mots clés sur lesquels vous souhaitez apparaître dans les résultats de recherche (ex: Le blog du tuning de mobylette biplace sera plutôt sur www.blog-mobylette-biplace.fr que sur www.blog-a-michel.fr — avis aux amateurs, ce nom de domaine est libre !).

Même chose pour vos pages web, qu’il s’agisse de pages de navigation (sur vos produits, votre société, etc.) ou celles de votre blog, il est judicieux de choisir des mots précis et pertinents. Si vous avez une page dédiée aux volants en moumoute, appelez votre page « volant-moumoute.html » (et l’adresse complète sera : www.tuning-rennes.fr/volant-moumoute.html — ça commence à jeter comme url, hein ?).

Idem pour vos billets de blog, qui auront par défaut le nom du titre de chaque publication. Ici, plutôt que d’avoir notre billet « booster-votre-referencement-naturel-etc. », nous avons modifié l’url en « referencement-naturel-SEO ».

Parlez de vous à l’extérieur !

En somme, il s’agit de faire votre promo sur d’autres sites que le vôtre, et les occasions sont multiples.

Il y a d’abord les blogueurs qui font appel à d’autres blogueurs pour intervenir sur un sujet en particulier. Cela peut prendre la forme d’une interview, d’une prise de parole directe, ou même d’extraits d’un billet que vous avez déjà publié (OWNI le fait régulièrement).

Vous pouvez aussi intervenir en tant qu’expert dans votre domaine (et ne pas oublier de faire le lien direct vers votre site) sur des portails d’infos collaboratifs comme Agoravox, ou des sectoriels comme NetPME, qui se basent sur les contributions d’experts.

Il est possible que certains pratiquent le « no-follow », c’est-à-dire que le lien qui pointera vers votre site ne viendra pas alimenter votre visibilité sur les moteurs. C’est tout d’abord assez rare, et on vous en informera au préalable lorsque ce sera le cas (vous gagnerez de toutes façons en notoriété).

Promouvoir son site à l’extérieur, c’est aussi le référencer sur des annuaires en rapport avec votre activité, diffuser des communiqués de presse (par exemple sur Categorynet) et intervenir en votre nom sur des groupes de discussion (Viadeo, LinkedIn, les forums, etc.) mais aussi sur d’autres blogs que le vôtre en laissant des commentaires.

Misez sur des pages « propres »

Ce dernier point est une petite entorse à notre sujet de départ (« Booster votre référencement naturel sans prise de tête », ça ne suit pas dans le fond là !)

Holala, mais c’est quoi cette page toute sale ?

Mais impossible de parler de bon SEO sans parler un peu technique. Des pages propres sont donc des pages qui sont bien organisées et structurées, et qui vont presque tenir la main au robot qui vient visiter vos pages et faire son rapport à Google ensuite.

Il faut donc baliser le terrain et faciliter la lecture de ce robot. Sans aller vers des choses compliquées, le fait d’utiliser les outils de mise en forme (titres, sous-titres notamment) fera la différence. Les attributs « gras » ou « italique » permettront d’accentuer certains mots sur lesquels le robot s’arrêtera plus facilement (même si ce point est souvent discuté par les pros du référencement).

Autre conseil, il est essentiel de toujours nommer ses images en rapport avec les mots clés qui vous intéressent : « toto.jpg » n’aura aucun sens (sauf si votre page est dédiée à Toto), appelez-la « jante-chrome.jpg », si nous reprenons l’exemple plus haut. Et si vous voulez aller plus loin, vous pouvez aussi renseigner la balise ALT de votre image en allant sur la version HTML de votre page, ou directement dans les propriétés de votre image dans l’espace administrateur de votre site (dans WordPress il s’agit du champ « texte alternatif »).

Une dernière astuce à ce sujet : vous pourrez corriger le HTML de votre site en le passant à la moulinette du Validateur afin de le rendre le plus « présentable » aux moteurs. Évidemment, si vous avez privilégié un développement conforme aux standards du Web (ou une solution de site ou de blog qui le fait pour vous), vous avez beaucoup plus de chances d’être « bien vu » par le validateur et donc par Google.

Pour conclure sur cette histoire de SEO…

Pour conclure donc (parce-qu’il le faut !), nous avons privilégié aujourd’hui une approche simple voire simpliste du référencement naturel, avec quelques conseils accessibles à tous pour bien démarrer. Vous pourrez ensuite approfondir votre approche en vous plongeant dans ce sujet (les contenus sur le web sont nombreux) ou en faisant bien entendu appel à un professionnel (émérite et propre sur lui).

Le référencement naturel a un autre (grand) avantage que celui de vous rapprocher des premiers résultats. Cette stratégie, telle que nous l’avons décrite, participe aussi à la construction de votre identité numérique. Animer un blog pertinent, participer un peu partout sur le web avec professionnalisme et soigner sa présentation (les adresses web, la structure de vos pages) vous permettra de construire une image professionnelle (peut-être d’expert dans votre domaine) et aux internautes de vous identifier plus facilement.

D’ailleurs, animer un compte Twitter peut améliorer votre référencement naturel, mais en respectant certains points qui rejoignent grosso modo ce que nous venons d’écrire. On s’arrête là pour aujourd’hui, mais si le sujet vous vous trouverez des billets intéressants chez Bababillgate ou chez Pink SEO, en attendant qu’on vous en reparle ici !

A bientôt !