J’avais prévu de consacrer mon prochain billet à des thématiques « deux point zéro », mais actualité oblige, je vous propose de reparler encore un peu de mobilité car depuis quelques jours les études s’accumulent sur ce sujet.

Aujourd’hui d’ailleurs, il n’est plus compliqué de trouver des informations sur tel ou tel usage, mais plutôt de trouver les bonnes infos (les études se contredisant parfois entre elles) et d’en soustraire la substantifique moëlle (oui c’est beau, le mercredi est souvent synonyme de poésie).

C’est donc ce que je vous propose aujourd’hui, ô chanceux lecteur : en gros, de faire tout le boulot pour vous, et de condenser les données pertinentes sur les usages de nos mobinautes Français. Pour info, pour ceux qui ne suivent pas au fond, je m’étais prêté à cet exercice sur les tablettes la semaine dernière.

Tout, tout, tout sur les smartphones

Les derniers chiffres viennent tout juste de tomber : d’après GFK (qui n’est pas un aéroport américain mais un cabinet d’études et de conseil), 12 millions de smartphones seront vendus en France en 2011, soit un téléphone mobile sur deux. Le même GFK prévoit que ces chiffres atteindront les 20 millions en 2015 du fait du « développement considérable de l’offre d’entrée et de moyenne gamme » sur ces produits. Les téléphones multimédias (smartphones et intermédiaires) sont d’ailleurs les plus courants avec 3 téléphones sur 4 sur le marché français.

La 3ème édition de l’Observatoire de l’Internet Mobile, menée il y a six mois, nous apprenait que les possesseurs de téléphones portables sont de plus en plus connectés (1 sur 2 aujourd’hui). Le nombre de mobinautes assidus (c’est-à-dire qui se connectent au moins une fois par semaine) a fortement grimpé : ils sont aujourd’hui 59% de plus qu’en 2010 !
Autre fait intéressant : cette évolution des usages mobiles touche toutes les tranches de population, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes, des seniors ou des juniors, des inactifs ou des CSP+.

population mobinaute France

Résultats en % des mobinautes qui se connectent au moins une fois par semaine. Source : L’Observatoire de l’Internet Mobile

Le nombre d’applications téléchargées en moyenne sur nos smartphones a lui aussi connu une forte hausse : d’après l’Observatoire de l’Internet Mobile, elles ont doublé en un an, d’environ 13 à 24. Chiffres confirmés par la toute dernière (six mois plus tard que la précédente donc) enquête de TNS à ce sujet : nos smartphones auraient en moyenne 27 applications.

Pour quelles finalités ?

Ma transition est toute trouvé : mais à quoi servent ces applications ? Pas seulement à s’informer sur le temps qu’il fait ou sur les résultats du foot ! Les marques peuvent elles aussi proposer des applications pour échanger directement avec leurs clients / cibles / prospects / bref, son public.

D’après l’enquête TNS, plus d’un mobinaute sur deux (57%) a sur son smartphone une appli de marques.
Les activités les plus concernées sont :

application smartphone marque

Toujours d’après cette même enquête, pour qu’une application soit téléchargée, il faut  qu’elle :

  • apporte un service particulier (59% des réponses);
  • propose des promotions, des bons d’achats (57%);
  • permette d’acheter des produits ou services, ou de suivre une commande (46%);
  • permette de localiser un magasin (44%).

… se pose donc la question pour les applications mobiles de leur utilité et des bénéfices concrets pour ses utilisateurs. Cette remarque parait évidente, mais après en avoir testé quelques unes, force est de constater que ce point est souvent oublié.

Autre info intéressante soulignée par l’enquête TNS : 71% des mobinautes ont déjà utilisé la géolocalisation. Fini l’image de fonctionnalité (inutile) réservée à des geeks !
Parmi les usages les plus courants, on peut citer la localisation de l’adresse d’un proche, d’un lieu de sortie ou d’un magasin.

Je le disais la semaine dernière, la France n’est pas en reste : d’après une étude réalisée sur cinq pays européens, la France est en seconde position en nombre d’utilisateurs d’applications !

applications mobiles utilisation europe france

On oublie aussi souvent les usages mobiles dans le cadre professionnel. Et pourtant, nous utilisons tous (plus ou moins d’accord) notre smartphone pour des tâches « de base » (répondre à nos mails) mais aussi de plus en plus pour améliorer notre productivité par exemple (avec les applications « getting things done » notamment). D’ailleurs, c’est Les Echos qui le dit,  l’usage des smartphones et des tablettes se développe en entreprise et touche aujourd’hui plus d’une personne active sur dix, et plus d’une sur quatre en  2013.

On pourrait résumer tous ces chiffres par : une explosion, une démocratisation et une diversification des usages en situation de mobilité, qui touchent tous les mobinautes. Alors croyez-nous quand on vous le dit : quand faut y aller, faut y aller !