Difficile de passer à côté de Pinterest ces dernières semaines : la webosphère s’en est donné à coeur joie, chacun allant de son tweet ou de son billet de blog sur le sujet pour encenser ou critiquer ce nouvel outil de curation.

Pinterest est donc un outil de curation : il permet aux internautes de mettre en avant les contenus qu’ils jugent intéressants (de les « pinner », je ne ferai pas de blagues là-dessus, elles ont toutes déjà été faites je crois).

Pinterest

Curationnons tous ensemble

Si vous suivez ce blog, vous savez déjà ce que je pense de la curation et de l’effervescence du web autour de ce « nouvel » usage : rien de nouveau sous le soleil justement.

Le curateur désigne à l’origine les commissaires d’expositions dont le job consiste notamment à choisir quelles pièces seront présentées au public et celles qui resteront au fin fond de la cave.

Sur le web, le principe est le même, à la différence que les personnes qui « curationnent » ne sont pas forcément des spécialistes ou des experts. Ils choisissent des contenus qu’ils aiment ou qu’ils jugent pertinents selon leurs critères bien à eux.

Vous voyez où je veux en venir : en extrapolant un peu, la curation existe depuis que le web est web. Bien avant le buzz de la curation, on partageait déjà des « contenus dignes d’intérêt » dans des groupes de discussion, sur nos blogs, sur notre compte Twitter et j’en passe.

Alors pourquoi tant d’agitation me direz-vous ? J’y arrive…

Des chiffres en veux-tu en voilà

Pinterest est l’équivalent virtuel de notre bon vieux tableau en liège où nous punaisions nos photos de vacances avec Papy Michel. D’ailleurs, « pin » signifie punaise en bon françois.

Après seulement quelques mois d’existence, Pinterest a déjà fait l’objet de nombreuses infographies et études diverses. D’après ComScore, la France est le deuxième pays européen en nombre de visiteurs uniques mensuels (100 000 en décembre 2011, 50 000 en janvier de cette année) derrière la Grande-Bretagne qui cartonne à mort (respectivement 300 000 et 250 000 visiteurs uniques).

Pinterest compterait 10 millions d’utilisateurs dans le monde, mais je n’ai pas trouvé de chiffres pour la France. À titre de comparaison, Facebook compte à lui seul près de 24 millions d’utilisateurs dans l’hexagone, Twitter plus de 5 millions.

Mashable s’est aussi penché sur le sujet et a tout récemment dédié une infographie à Pinterest, que je vous laisse découvrir ou redécouvrir :

Infographie sur Pinterest de Mashable

Pour conclure…

Comme souvent sur le web, on s’emballe dès qu’un nouveau mot (e-réputation, curation) ou un nouvel outil buzzouille doucement. On sort des chiffres à la pelle en se disant que c’est fabuleux, que c’est le nouvel outil « in » ou « it » du moment, et qu’il faut a-bso-lu-ment en être. Gardons en tête que ces chiffres sont souvent utilisés hors contexte (20 millions d’utilisateurs… oui mais où dans le monde ? sont-ils de passage ou réellement actifs ?) et que Pinterest suscite l’intérêt par sa nouveauté et par une com’ en ligne bien calée pour buzzer.

Pour autant, je ne suis pas foncièrement contre Pinterest : son interface est chouette, épurée, simple et facile à prendre en main. Au-delà du pur partage de liens, on peut utiliser Pinterest pour créer un super CV original, proposer des goodies à ses clients (des recettes si je suis un chocolatier par exemple) ou tout simplement trouver un cadeau pour Papy Michel.

Pinterest peut donc avoir un intérêt, à titre professionnel ou personnel. Petit bémol, ce ne sont pas les plateformes d’échange, de partage et in fine de promotion et de communication qui manquent. A vous de voir si 1) votre public se trouve (ou se trouvera) sur Pinterest et si 2) la plateforme est adaptée à ce que vous souhaitez mettre en place (fonctionnalités, etc.), et 3) si vous pensez avoir suffisamment fait le tour des « mastodontes » (Facebook, vous avez dit Facebook ?) avant de vous y arrêter.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les différentes applications de Pinterest, je vous conseille de jeter un oeil à cette présentation fort bien faite, mais pas par moi :

Petit update, pour ceux que ça intéresse : l’article paru sur Frenchweb qui détaille une infographie comparant Pinterest à Facebook, Twitter et Google+.