Aujourd’hui abordables, les tablettes rencontrent un certain succès auprès des consommateurs français. Et à voir les prévisions de ventes qu’établit l’institut GfK pour la France, on sent bien que la machine est lancée : en 2012, le nombre de tablettes écoulées devrait atteindre les 3 millions d’unités, soit le double de celles vendues en 2011.

Le portrait que nous dressions dans un précédent article est toujours d’actualité : les tablonautes sont principalement des hommes urbains tournant autour de la quarantaine.

Depuis le lancement du premier iPad, l’offre s’est aujourd’hui diversifiée pour répondre à des besoins plus spécifiques : de celles orientées vers les enfants à l’assistant culinaire, chaque constructeur y va de la sienne.

Voici un petit tour d’horizon de cette offre florissante…

offre tablette en France

Des tablettes classiques…

Les tablettes «classiques» regroupent un très grand nombre de constructeurs et d’OS (ou système d’exploitation en bon françois). Même si Apple et son iPad surplombent le marché, Android, l’OS de Google n’est pas en reste. En effet, les 3/4 des tablettes commercialisées tournent aujourd’hui sous Android. À côté de ces deux géants, on trouve également QNX, l’OS utilisé par BlackBerry pour sa PlayBook.

Côté applications, les catalogues d’Apple et de Google sont très copieusement fournis : approximativement 400 000 applications chacune, gratuites pour la plupart. De quoi satisfaire même les plus gourmands. De son côté, l’offre de BlackBerry est plus limitée, ce qui explique en partie sa difficulté à s’imposer sur le marché.

Conçues pour être emportées partout et utilisées n’importe où, les tablettes ont une très bonne autonomie : l’iPad 3 tient jusqu’à 10 h et certains produits Acer peuvent fonctionner pendant 18 h sans avoir besoin d’être rechargés.

Cependant, 90 % des tablettes vendues en France sont uniquement équipés du WiFi et ne permettent pas de se connecter en 3G, qui nécessite de souscrire à un abonnement en sus. Peu intéressant pour les 92% d’utilisateurs qui l’utilisent principalement chez eux.

Enfin, les tablettes balayent toutes les gammes de prix. Les modèles d’entrée de gamme sont accessibles à partir d’une centaine d’euros comme le Memup SlidePad. Les modèles haut de gamme comme l’iPad atteignent facilement les 500 € mais des modèles très corrects sont accessibles dès 200 €, à l’image de la gamme proposée par le français Archos.

La Vinci Tab, la tablette à l'épreuve des dents

La Vinci Tab – Source : Le journal du Geek

… aux tablettes spécialisées

Les tablettes à destination des enfants fleurissent de partout. Des jeux d’éveil à ceux plus évolués, les constructeurs ont équipé les d’jeuns de terminaux plus ou moins performants.

Relevons la Lexibook qui s’adresse à un public enfant / préado. Elle se présente comme une tablette classique, et propose une navigation comme sur smartphone, le tout agrémenté de dessins de leurs héros préférés. Elle contient 2h de vidéo préinstallé et propose une offre de VOD plutôt complète. Pour info, le Lexibook Market s’appuie sur celui d’Android.
Et si poupon veut faire comme papa, présentez-lui la Vinci Tab spécialement étudiée pour l’éveil des enfants de moins de 4 ans.

Réservées à la lecture de livres numériques, les liseuses à l’image de l’Amazon Kindle ou de la FNAC Kobo ont le vent en poupe, même si la France est à la traîne en matière d’offre de livres numériques.
Dotées d’écrans qui ne fatiguent pas les yeux, les liseuses permettent de collectionner les e-bouquins (jusqu’à 1 400 ouvrages sur la Kindle) de les partager entre amis, sans surcharger la bibliothèque familiale.

La tablette des cuisinier : Qooq

La tablette QOOQ – Source : GQ Magazine

Enfin, the last but not least, la tablette QOOQ à destination des cuisiniers en manque d’inspiration. Développée sous Linux, cette tablette française bénéficie d’un look plutôt sympa.

Conçue pour être utilisée dans une cuisine et donc pour résister aux éclaboussures et aux doigts sales, elle est également plus résistante au toucher ce qui la rend plus difficile à manipuler.
QOOQ dispose d’un catalogue préinstallé de 300 recettes. Et si vous en avez fait le tour, il est possible de compléter l’offre via un abonnement.
Compte tenu de son prix (350 € tout de même, sans compter les 100 € d’abonnement annuel pour accéder à toutes les recettes) cette tablette s’oriente vers un public de cuisiniers réguliers en panne de créativité.

Bref, vous l’aurez compris, il y a aujourd’hui presque autant de tablettes qu’il y a d’usages et de profils de tablonautes. On retiendra que la plupart sont disponibles sous l’OS de Google, et qu’au-delà de l’iPad, se cachent de très bonnes tablettes moins chères, mais tout aussi performantes. Mais ce sera l’objet d’un prochain billet…