Non à la privatisation du terme Emailing

C’est en ces termes que commence la Tribune de nos collègues de Message Business dans un billet poétiquement intitulé L’e-mailing, le sauvageon, la vieille dame et le grand frère.

La poésie ne devant pas cacher pas la force du message, voici ce qu’il convient de retenir de cette affaire :

Quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre de Google itself que le terme « e-mailing » était une marque désormais déposée en France et que nous ne pouvions plus acheter le mot clé !

Après vérification, il s’agit d’un acteur malicieux du marketing électronique français qui trouva intelligent de tenter de déposer le terme e-mailing. (…) Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, c’est maintenant Google, notre grand frère à tous, qui fait respecter les décisions de la vieille dame [l’INPI, ndlr]. Autrement dit, il n’est plus possible d’acheter le terme e-mailing sans l’accord préalable de l’acteur malicieux.

Pour ceux qui trouvent ineptes et dangereux cette situation, et pour dire non à la privatisation du e-mailing je vous invite à réagir ci-dessous en laissant un commentaire ou par tout moyen qui vous sembleraient pertinents.

Je suis rarement dans l’action pour ce qui est de la revendication ou de la pétition, mais pour une fois il me semble plus qu’honorable de ventiler et encourager à la diffusion de cette information !

Alors si vous vous sentez (comme moi) concernés par le sujet, un seul pas :

» Lire et déposer un commentaire sur l’article L’e-mailing, le sauvageon, la vieille dame et le grand frère.

MISE À JOUR (17/11/2008) : Pour ceux qui ne l’avaient par remarqué, l’accès à l’achat du mot clefs e-mailing est de nouveau possible sur Google. Source : Pignonsurmail