Les appareils mobiles remplaceront-ils un jour l’ordinateur ? C’est en tout cas sous entendent la hausse fulgurante des ventes de tablettes et de smartphones dans le monde, qui pourraient dépasser un jour le nombre de PC en circulation. L’institut de recherche Pew note même que 31 % des Américains utilisent davantage leurs smartphones pour surfer au lieu de l’ordinateur, fixe ou portable.

Une tablette pourrait donc se substituer à notre bon vieux PC ? Si plusieurs éléments vont dans ce sens, cela reste pour le moment une hypothèse…

moise

La tablette, plus forte que l’ordinateur ?

Les tablettes, comme les smartphones sont aujourd’hui devenus des mini-machines où l’on stocke (quasi) toutes nos informations plus ou moins utiles. Les appareils mobiles contiennent une suite bureautique (agenda, logiciel de traitement de texte) et donnent la possibilité de prendre et de sauvegarder ses photos, d’écouter sa musique, de consulter ses mails ou de naviguer sur le web. Bref, ils permettent d’accéder à toutes les fonctions qu’on retrouve sur un ordinateur. Plus besoin de se trimballer deux kilos sous le bras quand votre vie numérique peut rentrer dans votre poche (ou votre sac à main) !

D’autre part, en plus de regrouper toutes vos données dans un contenant bien plus portable qu’un ordinateur, les tablettes et smartphones gagnent en puissance et sont constamment renouvellées. À l’image de la tablette japonaise iBeam qui s’utilise sans les mains, juste avec les yeux, grâce à la technologie de l’eye-tracking. Une caméra placée dans l’écran suit votre regard, et analyse ce que vous voulez faire comme zoomer sur une image ou tourner une page.

D’autres tablettes permettent de contrôler un robot ménager à distance, ou encore de traduire en temps réel (ou presque), une conversation téléphonique pour faciliter la communication entre deux étrangers de langues différentes.

Bref, les appareils mobiles apportent la même chose, si ce n’est pas plus, qu’un ordinateur. Ce qui peut faire penser que les terminaux ultra-portables vont détrôner notre actuel PC et peut-être signer son arrêt de mort.

L’ordinateur résiste encore (et toujours) à l’envahisseur !

Des études font état d’une croissance folle des ventes de tablettes et de smartphones, doublée d’une stagnation voire d’une diminution du nombre d’ordinateurs en circulation. Ce n’est pas pour autant que l’on se dirige vers le règne des appareils mobiles.


La folle envolée des vente de smartphones et de tablettes

En effet, même si ces petites bêtes concentrent en elle tous les ingrédients qu’on retrouve sur un ordinateur, elles ne sont pas pour autant plus faciles à utiliser dans une optique professionnelle. La taille de l’écran ne permet pas d’avoir un espace de travail suffisant pour avoir une vue d’ensemble sur un document ou pour passer facilement d’une application à l’autre, comme cela peut être le cas sur un PC. Le multitâche n’est pas encore très pratique sur une tablette ou un smartphone et rend son utilisation plus difficile.

D’autre part, le clavier tactile, pour taper une recherche, c’est bien, mais lorsqu’il s’agit d’un texte plus poussé, cela devient compliqué. La taille des touches et la sensibilité de l’écran allonge le temps passé à écrire. De plus, le tactile n’est pas encore aussi précis qu’une souris. Pour travailler et circuler facilement d’un menu à l’autre, de haut en bas de la page ou pour cliquer à un endroit bien défini, la navigation au doigt donne parfois du fil à retordre.

Outre la taille de l’écran et les limites du tactile, la capacité de mémoire d’un appareil mobile ne permet pas d’évincer totalement l’ordinateur. Pour héberger et sauvegarder leurs photos, leur musique ou leurs documents de travail, les usagers ont besoin de plusieurs giga-octets d’espace sur leurs disques durs. Même si des solutions de Cloud computing existent, peu d’internautes sont pour le moment prêts à tout placer dans le nuage.

Match nul ?

Finalement, tablettes et ordinateurs pourraient vivre en harmonie dans ce bas monde. C’est d’ailleurs le constat que fait Rob Enderle, spécialiste des nouvelles technologies. Pour lui, « les gens gardent leur PC, mais ne le renouvellent plus aussi vite. Ils le complètent avec des tablettes ».

Les deux outils s’utilisent ensemble pour gagner en interopérabilité : depuis mon bureau ou mon salon, j’accède à mes fichiers avec un terminal différent. On assiste donc à un renouvellement de la manière de se servir des écrans : chacun a un rôle à un moment défini, mais aucun ne se substitue à l’autre dans l’absolu.

D’autre part, si les ventes stagnent, c’est encore 350 millions qui s’écoulent chaque année, de quoi relativiser la fin proche du bon vieil ordinateur de bureau tel qu’on le connait. De plus, bien que l’innovation sur tablette soit à la mode, les constructeurs de PC ne sont pas en reste… Affaire à suivre !