Le cabinet d’audit Deloitte publie ses prédictions pour l’année 2013 dans son rapport annuel « Media & Telecommunications Predictions 2013 ». Menée sur le plan international, cette étude établit les perspectives de l’année à venir en matière de Technologie, de Médias et de Télécommunications (TMT) basées sur des analyses sectorielles et sur l’écoute des avis des utilisateurs.

Sécurité de mots de passes, attrait du grand public pour les nouvelles technologies mobiles, avenir des ordinateurs et des smartphones, les conclusions de Deloitte tendent à remettre à plat les perceptions de chacun face aux nouvelles technologies. Un bon moyen d’attaquer 2013 avec les idées au clair.

future_bike

Les téléphones pas tous intelligents, et pas tous connectés

Premier enseignement : tous les utilisateurs de smartphones ne connectent pas leur appareil à Internet. En France, plus de 20 % des possesseurs de téléphones intelligents ne l’utilisent… que pour téléphoner. Même si Deloite prévoit que plus d’un milliard d’unités seront commercialisées dans le monde, et jusqu’à 2 milliards à la fin de l’année, les usages restent relativement basiques. De quoi freiner certains enthousiastes : posséder un smartphone ne veut pas forcément dire qu’on est mobinaute.

D’autre part, la 4G, la nouvelle version de l’Internet mobile qui commence à se déployer à grande échelle, n’intéresse pas beaucoup le grand public. En effet, d’après l’enquête de Deloitte, plus de 10 % des Français ne savent pas de quoi il s’agit (ce qui est bien dommage, la 4G est à la connexion mobile ce que la fibre est à l’ADSL…). Pour plus de la moitié des utilisateurs français, le choix d’un smartphone ne se fera pas en fonction de sa compatibilité 4G, mais plutôt du prix de l’abonnement et de la fiabilité du produit. Cependant, le cabinet prédit que l’année 2013 sera essentielle au développement de la technologie, à condition que les infrastructures réseaux soient améliorés pour combler leur déficit en bande passante.

Enfin, si les fabricants se livrent une bataille féroce pour être le leader en matière de commandes vocales et gestuelles, les usagers semblent moins réceptifs. La cause ? L’imprecision des solutions proposées : si avec un bouton, le taux d’erreur est de 2 pour 10 000 ordres, il monte à 1 200 pour les commandes gestuelles. Avant de séduire le grand public, ces fonctionnalités devront donc être perfectionnées.

fausses idées web social

L’ordinateur en voie de disparition… vraiment ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Deloitte ne prédit pas la fin de l’ordinateur, même si le marché a souffert d’une baisse de ses ventes. Selon le cabinet, 80 % du trafic Internet en 2013 proviendra des ordinateurs. D’autre part, plus de 70 % du temps passé sur les terminaux numériques devrait avoir lieu… sur un PC (OK, ce sont des chiffres mondiaux, ça calme un peu…).

Deloitte précise à ce propos que dans les pays développés, la plupart des possesseurs d’ordinateur ont également les moyens de s’équiper d’un ou deux autres appareils, comme une tablette ou un smartphone. En bref, 2013 ne rimera pas (une fois de plus) avec la fin des ordinateurs. Cependant, dans les pays émergents, Deloitte prédit tout de même que la plupart des personnes qui souhaitent se connecter à Internet choisiront un seul terminal. Dans ce cas, les tablettes, moins coûteuses, pourraient remplacer l’ordinateur.

D’autre part, le cabinet note que 2013 sera également l’année de la phablet, cet hybride à mi-chemin entre la tablette et le smartphone. L’écran de 5 pouces rebute souvent les utilisateurs qui ont peur « d’avoir l’air ridicule lorsqu’on l’utilise pour téléphoner », indique Duncan Stewart, l’un des analystes du cabinet. Or l’utilisation d’un smartphone et d’une phablet est différente : si le premier sert à passer des coups de fil, le second serait largement utilisé pour envoyer des SMS et des e-mails. Les deux outils ont donc leur place sur le marché du mobile.

Qu’on se le dise, l’étude et les prédictions de Deloitte en matière de média et télécommunications remettent les choses au clair : si les professionnels encensent les nouvelles technologies, les utilisateurs restent plus attentistes. Les usages évoluent plus doucement qu’on pourrait le croire de prime abord.

Bref, rien ne sert de courir avant de savoir marcher. Si les technologies se perfectionnent tous les jours, rien ne sera plus instructif que de comprendre utilisation qui en est réellement faite par votre public pour adapter chacun de vos produits à leurs habitudes.