Vous trouvez les écrans et les claviers froids ? Les smartphones et les tablettes antipathiques ? Vous avez envie d’un internet doux, moelleux et coloré ? Cet internet dont vous rêvez arrive : discret, presque invisible et surtout… Intégré à vos objets préférés ! Nous le commanderons de la voix et nous n’aurons presque plus besoin de nos doigts.

De toute manière, on en a fait beaucoup trop autour de ce pouce préhensile, non ?

Mais commander l’internet de la voix, est-ce vraiment une fin en soi ? Nous cherchons seulement un petit coup de pouce de main qui ferait de notre vie la même, mais en mieux, et pas devenir un despote à la tête d’une armée de robots (quoique).

La voix, c’est l’émotion, la parole, l’échange… C’est si humain ! Nous voulons dire « Je suis fatigué, je vais me coucher » pour que les lumières s’éteignent et pas « Siri, tu m’éteins tout ça vite fait sinon tu vas au coin ! ». Certains y verront peut-être une légère hyprocrisie, m’enfin…

fillettes écoutant une histoire

This is the voice

Siri, c’est notre assistant personnel intelligent ou du moins ce qu’il est destiné à être depuis 2011. Un savant mélange de reconnaissance vocale avancée, d’intelligence artificielle et de synthèse vocale qui nous permet déjà de caser un nouveau rendez-vous dans notre agenda ou d’essayer de savoir quel temps il fera demain pour réserver en terrasse ou à l’intérieur.

Wikipedia nous apprend également que jusqu’à iOS 6, c’est Siril Cyril Mazzotti qui était la voix française de Siri et que le petit nom de l’assistant vocal vient simplement de Siri Inc., l’entreprise qui l’avait d’abord conçu et commercialisé.

Depuis la keynote Apple du 2 juin, nous savons également que allons bientôt pouvoir nous adresser à Siri sans manipulation mais avec un simple « Hey Siri » des plus décontractés (mais pas de news sur l’idée évoquée de modifier le nom de Siri en HAL 9000).

Hey Siri, j’ai pas la patate, qu’est-ce que tu suggères ?

Et Siri vous répondra qu’il a calé un rdv chez votre généraliste pour un bilan, scanné le contenu de la boîte à pharmacie et remarqué que le paracétamol était périmé, commandé des oranges et un presse-agrumes…

Le service client par téléphone

Vox populi ?

Après l’écrit, les mails et les sms, l’image avec les photos et Instagram, l’heure de la voix sonnerait-elle donc à nouveau ? C’est en tous cas sur cette tendance que misent notamment des réseaux comme Bobler, grâce auquel nous pouvons échanger des cartes postales sonores.

Idée originale : prenez vos pieds en photos sur la plage de Copa (ou de Cabana) avec le bruit des vagues en fond et votre nouveau meilleur ami brésilien fredonnant une douce mélopée. Envoyez-la à vos collègues parisiens.

Côté commerce, les boutiques physiques jouent actuellement la carte du service pour concurrencer leurs homologues en ligne ou rester attractives. Efficace notamment pour les marques de luxe, cette stratégie semble plus compliquée à mettre en place dans la grande distribution. Actuellement, la plupart des clients mixent les possibilités qui leur sont offertes en utilisant à la fois le drive, la livraison et la manière « traditionnelle » mais pour combien de temps encore ?

Amazon a récemment annoncé le lancement de Amazon Dash, une télécommande qui permet de scanner les code-barres des produits pu d’utiliser un micro pour les ajouter directement dans votre panier virtuel. Pour l’instant Amazon Dash n’est disponible que pour les Américains de San Francisco, de Los Angeles et de Seattle qui disposent du service Amazon Fresh (Seattle parce que c’est là que se trouve le siège d’Amazon et Los Angeles et San Francisco parce que… California baby !) Le service coûte actuellement 299 dollars par an… À suivre !

Dans tous les cas, passer à l’étape suivante est à la fois intimidant et excitant. Parler à une machine sans faire de blague et sans se ridiculiser à répéter cinq fois « Appeler Christelle » (« vouliez-vous dire « Appeler Michelle ? »)… On ne sait pas encore très bien faire !

Mais jusqu’à nouvel ordre, pas de concurrence, nous sommes bien les real humans…