Vous avait-on dit que notre métier était vraiment, mais vraiment, très passionnant ? C’est marrant : quand on était petits, on ne pouvait pas tout à fait rêver de fabriquer les plus beaux sites web du monde parce que ces métiers n’existaient pas encore. En tous cas, pas comme aujourd’hui.

Mais tout change et dans quelques années, même les moins initiés sauront deviner le travail qui se cache derrière un site web comme on reconnaît une précision d’orfèvre aux grands horlogers (carrément).

En matière de design, on sait que nos créations sont la synthèse de concepts et de pratiques, issues de différentes disciplines et de différents parcours. On parle de principes universels, de fondamentaux… Mais alors, est il possible de sortir des sentiers battus ? Ou bien quelqu’un, quelque part sacrifie-t-il des chatons sans défense à chaque site web qui ne respecte pas les règles communément admises ?

Le Design est un métier

« If there’s no rule, there’s no rule to break »

Ces fameux principes du design peuvent s’apprendre dans une école (réputée à plein de mille euros l’année) aussi bien que dans la rue (mais on n’y est pas allés depuis longtemps). Alors, bien sûr, une liste de principes ne résume pas le web design mais ces repères sont un guide fiable pour trouver son chemin vers… le succès.

Chacun fera sa petite compil’ en fonction de son domaine d’activités et de son expérience et formulera à sa manière ses « indispensables du design ». Dans la liste « Ten things we know to be true » de Google, on trouve par exemple « Focus on the user and all else will follow » ou « Great just isn’t good enough ». Dans celle intitulée « Design Principles » du Government Digital Service du Royaume-Uni, on lit « Start with needs » ou « Do the hard work to make it simple ». Mais ouais.

Évidemment, les listes sont aussi variées que les individus ; néanmoins on retrouve sous des mots différents des idées communes, telles que « se concentrer sur l’utilisateur », « faire simple et utile »… Un tas de préceptes efficaces  pour mener à bien un projet et obtenir un site web sympa et (bien) gaulé !

Mais alors, pourquoi Jason Gross nous suggère-t-il de briser ces lois ? C’est pourtant bien pratique d’avoir des principes bien rangés et bien alignés sur une étagère !

On vous a donné envie de révolution ? Oui… Mais non, ce n’est pas exactement ça. Si vous décidez dorénavant de travailler en vous éloignant de tous les principes qui vous avaient guidé jusqu’ici, ça ne va pas bien marcher. Et vous ferez des cauchemars.

N’est pas hors-la-loi du design qui veut

Alors, mon bon Monsieur, pourquoi diable vouloir briser des règles qui fonctionnent si bien ?

D’abord par curiosité, parce que changer de point de vue est toujours important pour la créativité (oserais-je parler d’hygiène…).
Vous rappelez-vous de Robin Williams debout sur la table dans le Cercle des Poètes disparus ? C’est à peu près ça.

Ensuite parce dans certains cas, briser des règles qu’on pensait immuables va servir votre funeste dessein. Et votre dessein – qui n’est en réalité pas du tout funeste – c’est quoi ? Combler l’utilisateur.

Émancipation aux lois du design

Jason Gross nous en dit plus avec quelques exemples précis.

Quand une fenêtre pop-up à la voix caverneuse vous regarde dans les yeux et vous demande si « vous êtes bien sûrs de vouloir faire fermer cette fenêtre et paumer votre parcours infernal sur ce site ? », c’est en fait une violation d’un principe de base du web design qui exige que le chemin pour accomplir une tâche soit le plus simple et le plus rapide. Et pourtant… Qui n’a pas encore des sueurs froides en se souvenant avoir cliqué au mauvais endroit avant d’être sauvé par cette fameuse fenêtre ?

De la même façon, quand on clique sur le panier d’une boutique en ligne, on se voit proposer de retourner faire du shopping ou de finaliser la commande. Nos principes de base voudraient que les deux boutons menant vers ces deux actions soient côte à côte, et que l’action soit également facile à réaliser quel que soit notre choix.

Que se passe-t-il si l’on éloigne ces boutons de manière remarquable à gauche et à droite de l’écran ? On rogne sur un de nos principes mais on évite à l’utilisateur de se tromper facilement dans la précipitation et la fébrilité du shopping.

Plus vous serez expert dans l’art du web design, plus votre cerveau se laissera tenté par ces UX-ercices, qui se cantonnent finalement à des cas très précis de ce genre…

Et d’après nos informations, au bout d’un moment, on devient un vrai ninja du web design.

Alors ça y’est ? Les enfants vont pouvoir rêver de faire notre métier ?