Le web regorge de professionnels aux fonctions des plus classiques aux plus étranges, notamment en matière de conception :

  • ergonome,
  • designer d’interfaces,
  • designer d’interaction,
  • webdesigner,
  • directeur artistique web
  • directeur de création,
  • etc.

Difficile de savoir à quoi correspondent les compétences de chacun ou leur rôle dans un projet web. Fabrice (directeur de la création interactive) et Guillaume (designer d’interaction), défrichent pour vous les contours de chacun de leurs métiers et de leurs expertises.

designer-interaction

Designer d’interaction, création interactive, ergonome… Kézako ?

Selon Guillaume, le métier de designer d’interaction est la version francisée du designer UX/UI anglophone (UX pour User eXperience, et UI pour User Interface).
Sa mission : concevoir des interfaces fonctionnelles pour les internautes. Une tâche qui suppose d’analyser en amont les utilisateurs cibles, leurs parcours, leurs comportements afin d’identifier les interactions possibles entre l’homme et la machine.

En toute logique, le designer d’interaction intervient du premier coup de crayon jusqu’à la conception d’une maquette ergonomique « en conditions réelles », qui permet de se faire une idée précise sur le rendu final du projet.

Fabrice, directeur de création interactive, a principalement un rôle de supervision. C’est à lui que revient la tâche de reformuler les attentes du client pour définir avec l’équipe la problématique du projet, tant sur le fond (quelles technologies utilisées) que sur le forme (comment sera présenté le projet final).
Sa mission : faire coïncider les besoins du client avec les solutions techniques et créatives imaginées de l’équipe.

Quant à l’ergonome, il est chargé de prendre en considération des données scientifiques et statistiques pour mettre au point l’interface la plus accessible pour l’internaute. En gros, il réalise ses recommandations sur la mise en page, l’arborescence du site ou encore la charte graphique.

conception-luna

Des frontières floues, mais un objectif commun

Si ces métiers semblent différents à première vue, tous ont à cœur de concevoir une interface homme/machine qui séduise par sa performance et son look, et surtout qui laisse un souvenir positif à l’internaute. Bref, tous sont animés par la volonté de mettre au point une expérience utilisateur (ou UX) inoubliable. Chacun d’entre eux contribue à améliorer l’expérience utilisateur. Par conséquent, tout le monde est « un peu UX designer ».

Les fonctions d’ergonome et de designer d’interaction ne peuvent pas être dissociées. Le design s’intéresse d’abord à la sensibilité de l’internaute et à son ressenti. L’ergonomie se concentre sur les aspects scientifiques et statistiques. Par conséquent, un site acceptable d’un point de vue ergonomique pourra être mal accueilli par les utilisateurs si ces derniers le trouvent peu séduisant.

Comme en cuisine, ces deux ingrédients sont indispensables pour réaliser la recette du parfait site web, qui remplit les objectifs du commanditaire, tout en satisfaisant les attentes des internautes.

Pour Fabrice, le design est un travail qui nécessite des allers-retours constants entre le fond (la structure), la forme (l’aspect) et la fonction (l’utilité) de l’objet interactif. La prise en compte de ces trois composantes est nécessaires pour obtenir un résultat qui sera à la fois efficace dans sa fonction, solide dans sa construction et agréable dans sa forme.

A la manière du travail effectué pour la conception d’un objet, une chaise par exemple, choisir une structure qui participe à la forme et qui réponde aux exigences de sa fonction est une des voies à suivre pour qu’un projet web soit un succès.  Bref, le design est le fil rouge de chaque projet web.

En définitive, les frontières entre les différents métiers sont floues, car chaque expert a des compétences qui chevauchent celles des autres et tous convergent vers un objectif commun. Le web a cherché à se structurer et a découpé les métiers à l’extrême en fonction des compétences. Or, ce n’est pas vraiment ce qui importe : quel que soit l’intitulé du poste et le domaine d’expertise, chaque membre de l’équipe a conscience de travailler pour une seule personne : l’internaute, le seul utilisateur final du site web.

reunion-lunaweb

Des compétences qui se croisent pour des projets aboutis

Ces métiers ont donc des champs de compétences qui se rejoignent dans un seul et même but : créer un projet qui offre une expérience utilisateur mémorable.

Pour Fabrice, il est indispensable de travailler ensemble pour mener chaque projet à bon port. Il est plus facile de trouver LA bonne idée en planchant à plusieurs, que seul chacun de son côté.

Le travail collaboratif améliore la cohérence du projet, d’autant plus que les technologies et les problématiques sont de plus en plus complexes avec le développement de la mobilité, la diversification des terminaux, l’intégration des réseaux sociaux…

Impossible alors de travailler « par frappe » dans le web. Chaque professionnel doit être intégré à la base du projet pour avoir une vision globale qui met en relation tous les domaines de compétences pour s’adapter à la problématique.

Cette dynamique collective permet de travailler de manière artisanale et de piocher dans le meilleur de chacun pour aboutir à un projet pertinent, efficace et qui réponde à tous ses objectifs, dont le principal : une expérience utilisateur engageante.