Après avoir tiré le portrait des mobinautes français dans un précédent billet, voyons voir ce qu’il en est des internautes tout court.
C’est plus précisément l’INRIA, en collaboration avec TNS Sofres, qui vient de rendre public les résultats de son tout premier baromètre « Les Français et le Nouveau Monde numérique ».

L’INRIA s’est donc penché sur ces usages dans l’hexagone sur le thème des explorateurs du monde numérique, qui n’est en réalité pas si nouveau que ça, même si les pratiques le sont davantage. En France, les réseaux sociaux ont doucement émergé vers 2004/2005 avec les réseaux professionnels (comme Viaduc, devenu plus tard Viadéo), puis plus massivement à partir de 2008/2009 avec une multitude de services aux interactions sociales multiples.

Ce premier baromètre propose une typologie des internautes français, du plus passionné au moins connecté :

  • Les grands explorateurs, ou les pionniers, en expérimentation et en adaptation perpétuelle.
  • Les baroudeurs pragmatiques, qui suivent curieusement et avec enthousiasme les sentiers défrichés par les grands explorateurs.
  • Les randonneurs vigilants, qui suivent avec prudence et inquiétude les évolutions du web social.
  • Les apprentis voyageurs, qui n’utilisent que des solutions éprouvées et connues de tous.
  • Les bienheureux sédentaires, qui ont conscience de la place grandissante des usages numériques, qu’ils utilisent assez peu.
  • Les révoltés du numérique, qu’on pourrait aussi qualifier de « c’était mieux avant ».

Les Français se répartissent globalement de façon équitable entre ces différentes catégories (entre 16 et 20%), à l’exception des révoltés du numériques qui ne représentent que 10% des internautes :

Baromètre Internet en France

Source : baromètre INRIA « Les Français et le Nouveau Monde numérique »

Soit dit en passant, je tiens à saluer le boulot de restitution de cette enquête : l’infographie est à la fois engageante, esthétique, dynamique et claire.

Nous nous sommes donc amusés chez LunaWeb à répondre au test « et vous quel voyageur êtes-vous ? ». Et voici les résultats de la LunaTeam :

On explore plutôt pas mal du côté de chez nous ! Ceci dit, ç’aurait été inquiétant d’avoir une majorité de « révoltés numériques »…

Au-delà de cette typologie, le baromètre nous apprend aussi que les internautes français :

  • jugent aujourd’hui indispensables leur téléphone mobile (59%) et internet (56%),
  • se sentent confiants (52%), curieux (48%) et enthousiastes (44%) face au numérique,
  • soulignent l’importance de mieux protéger la vie privée sur internet (51%) et d’encadrer les plus jeunes (47%),
  • souhaitent que le numérique soit davantage appliqué à la médecine (55%), loin devant toutes les autres préoccupations,
  • pensent qu’on pourra un jour se téléporter (sisi, à 67%) et connecter le cerveau humain à internet (58%).

En somme, pas de gros scoop (si ce n’est qu’on pourra bientôt se téléporter) : les usages mobiles et connectés sont de plus en plus ancrés dans nos vies. Nous sommes globalement enthousiastes quant aux possibilités offertes par ces « nouveaux » usages, même s’il reste de nombreux points d’interrogations sur le traitement des données que l’on renseigne, ou tout simplement des traces que nous laissons à notre insu sur le net.
D’ailleurs, la CNIL et les autorités équivalentes des autres pays du monde travaillent actuellement à une meilleure coopération internationale sur la protection des données privées.

Rendez-vous dans un an pour comparer les résultats de la deuxième édition de ce baromètre ! (Mais revenez un peu quand même avant, on continuera à vous écrire de jolis billets).