Qu’on l’appelle Y, Z ou W, la génération à venir épouse totalement les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Au-delà des différents mythes à la peau dure qui entourent les jeunes, on peut dire sans trop se risquer qu’ils sont globalement mobiles, curieux et « tout-terrain ».

Mais avant de nous pencher sur ces jeunes filles et garçons en fleurs, voyons voir ce qu’il en est des Français en général. Ça tombe bien, Médiamétrie vient de publier les résultats d’une enquête réalisée pour la Fondation Paris-Dauphine.

On y apprend dans un premier temps que 72,9 % des Français ont accès à internet de chez eux, et que près d’un internaute sur deux ont au moins un profil sur le web social (réseau professionnel, outil de partage en ligne, etc.).

Côté mobile, plus de 8 Français sur 10 seraient équipés d’un téléphone mobile et 40% d’entre eux disposeraient d’un smartphone.

Et les jeunes dans tout ça ?

Cette fois-ci, c’est Kantar Media qui a étudié de près les jeunes et leur téléphone portable. Sans surprise, les jeunes sont friands de téléphonie mobile, surtout low-cost.

Plus surprenant (enfin pour moi, « vieux » de la génération Z), 92% des Français âgés de 15 ans seraient équipés d’un téléphone mobile, contre 82% chez les 25 ans et plus.

Assez logiquement, l’équipement en matériel et en services évolue selon la tranche d’âge : les plus jeunes ont en général un téléphone portable bas de gamme, alors que les plus âgés se dirigent davantage vers des smartphones.

Les forfaits mobiles et services connexes évoluent eux aussi en fonction de l’âge, les plus jeunes utilisant des cartes prépayées et des forfaits bloqués (on comprend que les parents ne souhaitent pas dépenser des fortunes dans des conversations kikoo-lol), alors que les plus âgés souscrivent plus facilement à des offres illimitées.

Web mobile, prenez le train en marche !

Quand faut y aller, faut y aller

C’est bien joli tous ces chiffres, mais maintenant quoi ? J’ai bien envie de vous dire Web mobile : quand faut y aller, faut y aller. Car même si ces usages sont aujourd’hui encore balbutiants et surtout inégaux en fonction de notre âge et de notre pouvoir d’achat, le web mobile ne nous lâchera pas de si tôt, tout comme le web social ou le web des données.

Nos chères têtes blondes vont grandir et seront les consommateurs demain, eux-mêmes suivis par une nouvelle fournée de jeunes hyperconnectés, et caetera. Le monde change vite et j’en sais quelque chose : j’ai connu le minitel, le magnétoscope et même la télévision à trois chaines sans télécommande, c’est vous dire…

J’imagine que vous voyez très bien où je veux en venir : embrasser les technologies mobiles, c’est prendre le train en marche et se positionner sur un nouveau terrain de jeu, mouvant d’accord, mais où la créativité a toute sa place. Ne reste plus qu’à savoir dans quelle division vous jouez !