An apple a day keeps the doctor away ? Ici ce serait plutôt a burger a week keeps the designer inspirated. À San Francisco, deux types ont ainsi entrepris de prouver au monde que l’inspiration se trouve partout, pour peu qu’on porte un œil curieux sur ce qui nous entoure. Et notamment dans notre assiette !

Nathan Sharp et Christopher Commons se retrouvent une fois par semaine pour refaire le monde autour d’une expérience burger (BX ?). Pendant 52 semaines, ils vont ainsi nourrir leur blog de leurs brainstormings aux doigts graisseux. The Message is Medium Rare est le fruit de la transformation de ces discussions entre collègues en leçons de créativité.

L'expérience utilisateur autour d'un burger

The message is medium rare

Le nom du blog est un jeu de mot qui détourne une citation bien connue de Marshall McLuhan’s, philosophe des médias canadien. The medium is the message signifie que le canal de transmission est (parfois) plus important que le message en question. Cuisiné à la sauce Nathan et Christopher, le message devient medium rare, « cuit à point ».

Nathan et Christopher répètent l’exercice presque chaque semaine : une photo du burger, une note, un récit de leur expérience et la leçon qu’ils en tirent.

Leurs problématiques professionnelles sont à l’origine de la plupart de leurs conversations. Nath et Chris bossent en effet tous les deux pour Mine, une agence de communication sanfranciscaine.

C’est ainsi qu’ils expliquent que leur attention se porte plus particulièrement sur un aspect ou un autre de leur expérience en fonction du quotidien de leur métier :

If we’re in the midst of a naming challenge, we’ll probably be more alert to the burger name, or the restaurant name, or even the server’s name

Le burger comme métaphore du design web

Les leçons du professeur Burger

Vous êtes moyennement convaincus par cette « burger experience » ? Vous avez tort ! À bien des égards, Nath et Chris réussissent à tirer le meilleur parti de ces déjeuners dédiés au fast-food et à la créativité.

Chez Pig&Pie, quand la serveuse oublie d’apporter le troisième burger destiné à un collègue resté au bureau, elle se fait pardonner en leur apportant deux parts de tarte au citron offertes par la maison. Leur conclusion ? Il ne faut jamais passer à côté d’une occasion de transformer une expérience négative en expérience positive.

C’est noter l’importance d’un service client à partir de l’expérience concrète et banale d’un consommateur.

Chez Super Duper, les cornichons maison sont gratuits et mis à disposition de la clientèle. Christopher et Nathan tirent de cette observation une leçon de stratégie de marque. Super Duper transmet l’image d’une marque sûre de son savoir-faire, de la qualité de ses produits et proche de ses clients sans avoir besoin de décliner le champ sémantique du « fait maison » sur les pompons d’une équipe de cheerleaders.

Un burger réussi comme une expérience utilisateur

En définitive, le burger et l’UX formaient dès le départ un duo voué à la réussite. Quand on y réfléchit, un petit pain rond représente en effet une solution efficace à une problématique UX  bien précise : comment manger de la viande avec les mains sans se fatiguer ?