Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons aujourd’hui de passer en revue les erreurs à commettre en priorité pour s’assurer, justement, de rater sa campagne AdWords.

Dans un précédent billet, nous avons déjà repris les bases du référencement et fait la distinction entre SEO et SEM. Ces termes anglo-saxons barbares représentent les différentes techniques de référencement (Search Engine Optimization pour le premier), dont celles payantes qui regroupent grosso modo les achats d’encarts publicitaires et les liens sponsorisés (Search Engine Marketing pour le second).

Vous l’aurez donc compris, les campagnes AdWords font partie du SEM.

Petite piqûre de rappel : Adwords est l’outil publicitaire de Google, qui permet de publier des annonces publicitaires sur la page de résultats de son moteur de recherche en fonction des mots clés entrés par les internautes.
Pour faire bref, les annonceurs payent un coût par clic (CPC), en partie déterminé par Google en fonction de la qualité de l’annonce et de la page cible, mais aussi de la popularité des mots clés choisis. L’annonceur définit pour sa part un montant maximum par clic et par jour (l’annonce n’apparaîtra pas au-delà).

Mais je vois que vous trépignez d’impatience ! Entrons donc dans le vif du sujet et voyons voir comment passer à côté du potentiel d’AdWords.

référencement SEO SEM

Ne pas soigner ses mots-clés

Voici donc notre premier conseil : réfléchir en amont à des mots clés pertinents, propres à votre activité, vous assurerait une campagne efficace.

Pour vous éviter cette déconvenue, nous vous proposons :

  • de copier presque à l’identique les termes choisis par vos concurrents. Bien évidemment, pourquoi faire le même travail deux fois ? Vos activités sont similaires, vous pouvez donc capitaliser sur les annonces de vos rivaux et gagner du temps !
    Cette technique vous assure de ne pas vous différencier de vos concurrents, et de reproduire les erreurs commises.
  • de ne pas utiliser Google Insights ou le générateur de mots clés, qui vous permettraient, à partir de mots clés, de connaître les tendances de recherche. Cet outil pourrait vous aider à identifier des termes complémentaires, tout en soulignant les plus pertinents (ou en tout cas les plus populaires).
  • et enfin, de tout simplement ne pas réfléchir, ne serait-ce que quelques minutes, aux mots clés qui vous définissent vous et vous seul, ceux que vous souhaitez mettre en avant, ce qui vous différencie.

Mais ceci n’est qu’une première étape, en route pour d’autres bonnes recettes !

Ne pas travailler sa landing page

Ne pas savoir ce qu’est une landing page, c’est bien, nous vous invitons à ne pas chercher à en savoir plus à ce sujet.

Pour ceux qui sauraient de quoi il retourne, nous vous invitons grandement à ne pas peaufiner les pages de destination de ces annonces publicitaires. Car Google apprécie beaucoup la cohérence entre une annonce et sa landing page. Lorsque celle-ci est travaillée en amont, les annonces concernées ont plus de chance d’apparaitre (notamment pour les mots clés populaires) et de s’approcher de la première place. Et puis le coût par clic en serait réduit. Alors à quoi bon ?

Il convient donc de ne pas proposer une landing page en particulier, mais plutôt de rediriger l’annonce vers la page d’accueil du site. Avoir une landing page nécessiterait, si vous êtes une boutique de vêtements pour jeunes rockeurs et que vous souhaitez promouvoir vos chaussures à semelles compensées, de faire le lien direct vers la page de votre site qui propose ces produits. Non, non et non !

Autre astuce très pratique : ne pas choisir un nom de page ou son url en rapport avec l’annonce sur AdWords. Si nous reprenons l’exemple ci-dessus, cela consisterait à avoir une page dont l’url serait « chaussure-compensee.htm », page qui contiendrait par ailleurs du contenu en rapport avec cette thématique.

conseil adwords

Ne jamais revenir sur la console AdWords

Malheureusement, vous serez obligé d’y faire un tour au moment de créer vos campagnes. Mais ensuite n’y revenez plus !

Google Adwords met notamment à votre disposition tout un système de notifications qui vous permettra d’être alerté sur les annonces refusées, la fin proche de vos campagnes ou encore des conseils d’optimisation.

Vous pourriez aussi choisir de paramétrer des rapports personnalisés (type de donnée traitée, à quelle fréquence, etc.) qui vous permettraient de vous donner des pistes de réflexions sur le choix de vos campagnes (points forts, points faibles) et surveiller leur évolution au fil du temps.

Enfin, vous seriez à même d’identifier les mots clés les plus pertinents parmi ceux que vous avez choisi, ou encore de coupler AdWords à Google Analytics, afin de vous informer sur les retombées de vos campagnes sur le trafic de votre site web.

En bref, tout ceci prend du temps à paramétrer, et puis marre des boîtes mail pleines de messages inutiles !

Pour conclure : plus sérieusement…

Vous l’aurez compris, l’objectif de ce billet est de prendre le sujet des campagnes AdWords à contre-pied, et de vous proposer quelques astuces et bons conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Car Google AdWords parait simple (et parfois magique), mais il ne suffit pas de mettre des pièces dans la machine pour être propulsé en tête des résultats.
Cet outil est plus compliqué que cela, même si son interface permet à des novices qui s’y mettent pour de bon de créer des campagnes efficaces.

Comme pas mal d’outil (virtuels ou non), la première chose à faire est de lire la notice et d’apprendre à l’utiliser pas à pas. Et c’est le même principe pour Google AdWords.

Une dernière chose à ce sujet : d’après certains études d’eye-tracking dont nous avons parlé sur ce blog, les internautes auraient pris la fâcheuse habitude de lire en priorité les résultats de recherche situés à gauche (le fameux triangle d’or), plutôt que de faire un tour à droite, où sont situées les annonces publicitaires.

Et pour apparaître dans les liens commerciaux tout en haut (devenus « Annonces » depuis peu), il faut miser encore plus sur la qualité et la pertinence des options choisies, car seules les meilleures annonces (selon les critères de Google) y apparaitront.

Moralité : l’achat de mots clés, c’est bien, mais pas suffisant. Autant investir davantage dans un meilleur référencement de son site (pour se rapprocher des premiers résultats) et compléter ensuite par des campagnes AdWords.