L’accessibilité du web est un vaste sujet, ou plutôt un très vaste sujet, riche d’enjeux et de défis techniques : comment faire en sorte qu’une page web soit accessible pour tous, quelle que soit la technologie utilisée ou le handicap -temporaire ou non- dont souffre l’utilisateur ?

Nous comprenons rapidement la multitude de réalités qui se cachent derrière cette simple question. En somme, un vrai challenge à relever et différentes problématiques qui seront résolues quand Sisyphe aura fini de pousser son rocher jusqu’en haut de la montagne. Mais nous y travaillons : challenge accepted!

Comment rendre un site web accessible ?

En 1997, le World Wide Web Consortium (W3C) lance l’Initiative sur l’Accessibilité du Web. L’objectif ? Rendre le World Wide Web accessible aux personnes handicapées mais également à tous sans pré-requis d’équipement ou de localisation.

En 1996, on compte déjà 36 000 000 d’ordinateurs connectés (astuce : cette information peut être utilisée sous forme de question pour relancer les échanges lors d’un dîner au rythme un peu poussif), d’où l’importance d’aborder rapidement la question de l’accessibilité.

Les clés de l'accessibilité webL’initiative sur l’Accessibilité web, financée par les gouvernements et les industriels, s’attaque donc à plusieurs domaines d’activité :

  • le développement technique
  • différentes directives adressées aux créateurs de site, fabricants d’outils…
  • les outils qui permettent d’évaluer l’accessibilité d’une page web
  • l’éducation de la communauté internet

La recherche et le développement avancé font aussi partie des éléments essentiels à la conception de technologies innovantes comme la reconnaissance optique de caractères. À ce sujet, un prototype de synthétiseur vocal avait d’ailleurs été finalisé en 1976, dans le cadre d’un projet financé par… Stevie Wonder !

Dans tous les cas, estimons-nous chanceux : les principes d’accessibilité sont pour certains d’entre eux ce que nous considérons déjà comme les bonnes pratiques de conception et d’ergonomie web : des sites adaptés aux grands comme aux petits écrans, utilisables dans tous les navigateurs…

Accessible… mais pour qui ?

Ce qui complique un peu cette histoire de bonnes pratiques, c’est le nombre de cas de figure possibles. Exemple : les images peuvent potentiellement gêner les personnes souffrant de troubles de l’attention ou de la vue… mais pas seulement !

Fermez les yeux et imaginez : vous êtes fatigué, vous êtes vaguement assoupi dans un fauteuil à quelques mètres d’une tablée familiale particulièrement bruyante et vous décidez que votre réconfort passera par le web. Vous ouvrez un site e-commerce qu’on vous a recommandé sur votre tablette et là… c’est le drame ! La page s’ouvre sur un diaporama imposant qui fait circuler les images à une vitesse inapropriée et vous ne voyez pas le moyen de le stopper facilement…

Cette histoire horrible nous montre que l’accessibilité ne concerne pas uniquement les personnes souffrant de handicaps lourds ou permanents. C’est aussi l’affaire de ceux qui maitrisent mal une langue, qui sont mal équipés ou qui ne sont pas familiarisés avec le web.

Communiquer par télégraphe

Regardons donc de plus près les pratiques de quelques amis américains, choisis arbitrairement car ils appartiennent à la famille la plus drôle du monde :

  • Hal, profil senior qui aime consulter les résultats de danse en patins à roulette tout en pratiquant son loisirs préféré : la marche sportive,
  • Reese, jeune adulte tempétueux qui souhaite rester connecté en permanence, même quand il demande à son petit frère de poster vers la Chine la caisse dans laquelle il s’est enfermé,
  • Francis, fantaisiste dur au mal qui travaille sous des températures extrêmes en Alaska et au Texas, ce qui rendent parfois la manipulation de son téléphone portable compliquée,
  • Malcolm, adolescent surdoué qui dispose d’une mauvaise connexion dans l’aile de l’école réservée aux têtes d’ampoule,
  • Loïs, femme brillante qui n’a jamais trouvé une seconde pour s’intéresser au web et qui souhaite maintenant se lancer,
  • Deewey qui s’est cassé le bras suite à un projet commun de la fratrie familiale, toujours créative,
  • Jamie, petit dernier de la fratrie qui a récupéré du matériel légèrement passé de mode,

Voilà : vous devez désormais êtres convaincus que l’accessibilité nous concerne tous mais que ce n’est pas une mince affaire. Pourtant, réfléchir un site web sans penser à son accessibilité serait un peu comme imaginer un bâtiment avec des portes qui ne seraient pas assez larges pour laisser passer un fauteuil… Oh wait !