Une multi-personnalité …

Encore une cause du dédoublement de personnalité que d’être chef de projet. On doit parfois montrer une facette de notre personnalité qui n’est pas du tout en adéquation avec notre caractère.

Le chef de projet doit endosser le rôle de celui qui dit « Non », qui ramène les clients dans le droit chemin du planning, du budget, de la faisabilité technique.

Quand le commercial vous vend du rêve, nous on le brise.

On est plus terre à terre. Métier oblige.

L'Écho des projets - Un rôle qui vous va si bien

… qui se justifie

Attention, tout cela n’est pas à prendre au pied de la lettre. Toutes ces décisions sont un perpétuel compromis entre :

  • la faisabilité technique,
  • les temps impartis : la nouvelle demande permet-elle de respecter le planning ?,
  • le budget : le projet est-il dans les clous du devis ?,
  • ce que veut le client et ce que nous pensons qu’il est fortement recommandable de faire.

Après avoir usé d’arguments et échangé avec le client, c’est au tour de nos coreligionnaires techniques avec qui il va falloir négocier. Même joueur joue encore.
Et oui, d’un côté il faut expliquer les contraintes techniques ou de budget pour faire entendre raison, et de l’autre il faut étayer les réalités opérationnelles ou de communication qui nous ont été expliquées. Être chef de projet, c’est quelque part jouer au commercial mais aussi au médiateur.

 

Le CDP a d’énormes qualités

Vous l’aurez compris, ce métier n’est pas des plus simples, il nécessite bon nombre de qualités qui sont : patience, négociation, sérénité et pragmatisme.

Mesdames et messieurs, ceci est un petit coup de gueule : parce qu’on en a marre d’être des mal-aimés !